Principalement initié par ArtLab, un collectif de street-artistes népalais, « Prasad » (signifiant offrande) est un projet socio-culturel ayant pour objectif de restreindre l’émigration des citoyens népalais. Rappelons qu’ils sont des centaines à quitter leur pays quotidiennement, attirés par un meilleur salaire et par les sirènes de la modernité. « Prasad » favorise une conscientisation par l’art des potentialités individuelles et collectives locales. Une source d’inspiration novatrice contribuant à diffuser des initiatives fédéralistes et populaires pour limiter ces départs.
Prasad cherche à empreindre les jeunes générations des possibilités de changement sociétal et par la même d’évincer toute mouvance catastrophiste.

Tout a débuté en 2013 lorsque de jeunes artistes népalais d’Artlab sont allés coller sur des murs d’immenses portraits stylisés façon pop-art, de personnalités emblématiques népalaises, le long des principales artères de Katmandou. Ces portraits représentent des célébrités ayant marqué l’histoire du Népal de manières plurielles mais toutes hors champ politique : poète, artiste, travailleurs sociaux, comédien, historien, musicien, et sportif. Narayan Gopal, poète émérite et chanteur connu ses sérénades mélancoliques du temps de la monarchie, aduler pour Des individus aux parcours singuliers, véritables icônes pour le peuple népalais.

En contemplant ces « Héros » jalonnant les artefacts urbains, les passants s’interrogent sur le parcours de ces figures locales (pourquoi les admirent-ils ?) ce qui les renvoie à leur propre cheminement existentiel. Un questionnement intérieur les poussant nécessairement à réinterpréter leur place dans la nation et à construire quelque chose d’utile pour le pays.

Pour suivre ces préceptes, Artlab détecte et forme de nouveaux talents tout en diffusant l’art urbain au Népal. Par la réalisation de fresques participatives et d’ateliers street art, le collectif offre des perspectives nouvelles à une jeunesse laissée pour compte et apporte ainsi une vision universelle de l’art, dans un pays où l’accès à la culture demeure réservé aux élites.